Comprenez la défiscalisation
en quelques clics !

Numéro vert : 09 52 57 30 37
ou

Investir dans l’art : un placement qui a de l’avenir

 

Nous sommes en 2015 en Suisse lors d’une exposition d’œuvres du peintre Paul Gauguin organisée par la Fondation Beyeler. Le Qatar, achète le tableau Quand te maries-tu ? de l’artiste français pour un montant avoisinant les 300 millions de dollars.

La même année le chiffre d’affaire du marché mondial de l’art s’élevait à 15,2 milliards d’euros, autant dire que ce marché est loin d’être anodin et les investisseurs l’ont bien compris.

Heureusement, il n’est pas nécessaire d’avoir de très gros moyens pour y investir, en témoigne le montant moyen des transactions à l’hôtel des ventes parisien Drouot de 500€. Avec ce montant, il est donc possible d’investir sur des œuvres qui tiendront la cote d’une part et qui d’autre part bénéficient d’une fiscalité plus qu’avantageuse.

De plus, rappelons que la France est la plus grande galerie d’art au monde ainsi que la plus grande place mondiale en termes de transactions (près de 19% du volume mondial).

Les avantages fiscaux d’un investissement en œuvres d’art

Pour la partie fiscalité, il est nécessaire de différencier les deux types d’investisseurs que présentent le marché, les particuliers et les entreprises.

Pour commencer, le premier avantage à noter pour les contribuables qui investissent dans des œuvres d’art originales d’artistes vivants est l’exonération de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF).

Par œuvres d’art, on entend bien évidemment les tableaux mais également les sculptures, les dessins, photographies, etc. Cette diversité d’œuvres permet à l’investisseur d’avoir un plus grand choix concernant l’objet sur lequel il souhaitera investir.

Lors de la cession de ces œuvres, les particuliers bénéficient également d’avantages.

Dans le cas où le particulier ne possède pas de preuve d’achat dans ce cas il est soumis à la taxe de 6,5 % du prix de cession. Ce taux se décompose en deux parties :

  • 6 % applicable objets d’art ou de collection mais également pour les bijoux
  • 0,5 % correspondant à la CRDS (investisseur fiscalement domicilié en France)

En revanche dans le cas où le contribuable possède une facture, il a alors le choix entre deux fiscalités :

  • Taxe de 6,5 % du prix de cession
  • Régime général : plus-value réduite de 10% par an après 2 ans de détention

De plus, dans le cas des transmissions d’héritage, les œuvres d’art et par extension les objets artistiques peuvent être exonérés de droits de succession dans certaines situations.

Il est également possible de faire don d’une œuvre d’art, ceci permet de bénéficier du régime des dons aux organismes d’intérêt artistique :

  • Réduction d’Impôt sur le Revenu (IR) de 66 % de la valeur du don
  • Réduction d’ISF de 75 % de la valeur du don

Pour finir, en vertu de la loi Malraux, les particuliers sont en droit d’utiliser le principe de dation en paiement et ainsi payer certains impôts par la remise d’objets d’art à l’Etat. Ceci peut être utile pour un particulier souhaitant s’acquitter de certaines dettes qu’il a envers l’Etat.

L’investissement sur le marché des preuves d’art est également ouvert aux entreprises qui peuvent, tout comme les particuliers, profiter d’atouts fiscaux.

Dans un premier temps, lors de l’acquisition d’une œuvre pour le compte de l’entreprise, celle-ci profitera :

  • D’une réduction d’impôt sur les sociétés (IS) de 40 % du montant de l’investissement
  • D’une déduction du prix d’acquisition, à raison de 20% par an durant 5 ans, du résultat imposable de l’entreprise. Pour cela l’entreprise s’engage à exposer l’œuvre dans l’entreprises de manière visible pendant une durée minimum de 5 ans.

De la même manière que les dons par des particuliers, l’entreprise est en mesure d’effectuer un don en faveur d’organismes d’intérêt artistique et ainsi profiter d’une réduction d’IR ou d’IS (selon le régime fiscal de la société) de 60 % du montant des dons, dans la limite de 5 ‰ du chiffre d’affaire.

Les entreprises ont la possibilité d’acquérir des œuvres en faveur de musée, ceci leur permet d’obtenir une réduction d’IS de 90 % du montant des dons, dans la limite de 50 % de l'impôt dû.

Pour finir, il convient de rappeler que l’entreprise de par ces investissements artistiques soutient un artiste vivant et peut ainsi bénéficier d’une image de marque sans compter la valorisation qu’apportent les œuvres d’arts dans ses locaux.

L’investissement dans l’art s’inscrit dans une stratégie patrimoniale globale. C’est le moyen de permettre autant à un particulier qu’aux entreprises de profiter d’un investissement qui ne se cantonne pas qu’à la recherche de rentabilité ou d’avantages fiscaux. Comme le disait si bien Victor Hugo “L'art, c'est le reflet que renvoie l'âme humaine éblouie de la splendeur du beau.”

Contact
Calculer
mes impôts
Je veux
défiscaliser !