Comprenez la défiscalisation
en quelques clics !

Numéro vert : 09 52 57 30 37
ou

PERP vs PERCO, que choisir ?

Alors que le système français de retraite par répartition s’effrite doucement mais sûrement, les épargnants s’interrogent quant à la possibilité de préparer individuellement leur retraite.

A ce titre, deux dispositifs sont particulièrement pertinents :

  • Le Plan d’Epargne Retraite Populaire
  • Le Plan d’Epargne Retraite Collectif

Il s’agit de moyens de se constituer un capital bloqué jusqu’au départ à la retraite. Chaque contrat ayant ses avantages et inconvénients, nous présenterons ceux-ci afin de savoir vers lequel orienter son épargne par rapport à sa situation.

Le PERP, option sous utilisée par les particuliers ?

Successeur du Plan d’Epargne Populaire depuis 2003, le PERP a du mal à séduire les investisseurs. Il offre pourtant de nombreux avantages.

Préparer sa retraite tout en réduisant son imposition, voici le principe du PERP. En effet l’objectif premier de ce contrat est avant tout de préparer la retraite, le capital étant bloqué jusqu’à la fin de l’activité professionnelle de son souscripteur.

Cependant, les versements effectués permettent une déduction du revenu imposable, et donc par conséquent du montant d’impôt à payer. Il sera ainsi pertinent pour des contribuables se trouvant dans une Tranche Marginale d’Imposition élevée (>30%).

Avec un fonctionnement proche de celui de l’assurance-vie (contrat multi-supports), le PERP permet de gérer son capital et d’arbitrer celui-ci en fonction des opportunités de marché. La possibilité d’investir ses avoirs dans un fonds euros - garanti par l’assureur- séduit les investisseurs. Même si ce n’est pas le but, les épargnants ont la possibilité d’aller chercher des fonds « risqués » afin d’avoir plus de chances de dégager une performance élevée. Cependant avec un objectif à long terme de dégager des rentes, le PERP ne doit pas être utilisé pour atteindre cet objectif.

Les fonds présents sont bloqués jusqu’au départ en retraite, sauf cas exceptionnels :

  • L'expiration des droits de l'assuré aux allocations d'assurance chômage
  • La cessation d'activité non salariée de l'assuré à la suite d'un jugement de liquidation judiciaire en application des dispositions du livre VI du code de commerce
  • L'invalidité de l'assuré correspondant au classement dans les 2èmes ou 3èmes catégories prévues à l'article L341-4 du code de la sécurité sociale
  • Le décès du conjoint ou du partenaire lié par un PACS
  • Le surendettement de l'assuré définie à l'article L330-1 du code de la consommation

Lorsque l’assuré part en retraite, il peut décider de sortir l’intégralité du capital en rentes viagère, ou alors de sortir une partie de celui-ci (20%) le reste étant versé sous forme de rentes viagères également.

Cependant, dans le cadre d’un assuré primo-accédant (n’ayant pas été propriétaire de sa Résidence Principale les deux années précédentes), l’intégralité du capital peut être débloquée en cas d’achat de sa RP. Le capital récupéré ne sera pas soumis à une imposition sur les revenus.

En cas de rente estimée par l’assureur à moins de 40€/mois, le souscripteur a la possibilité de sortir l’intégralité en capital. C’est l’assureur qui décidera de la faisabilité de l’opération.

Le PERCO, parfait pour la préparation de retraite ?

Et si on vous proposait un produit d’épargne retraite mis en place par votre entreprise et qui en plus de ça vous rémunère lorsque vous réalisez des versements ? Oui le PERCO permet cela !

Instauré dans le cadre de l’épargne salariale, toutes les entreprises (à partir d’un salarié) peuvent en bénéficier. Il relève alors d’un double avantage : la préparation de la retraite pour le salarié, et un moyen pour l’entreprise d’attirer voire de fidéliser ses employés en fonction de l’abondement.

Le principe est simple : le salarié verse des fonds sur son PERCO et l’entreprise abonde ces versements. A ce titre, l’employé se voit « récompensé » par son entreprise.

De plus, le salarié peut choisir de placer une partie ou l’intégralité de la participation et/ou l’intéressement dont il a bénéficié.

De la même façon qu’un PERP, le salarié peut décider d’opter pour des fonds monétaires et/ou investis directement dans les marchés financiers. Un mode de gestion pilotée est également possible. Le PERCO n’est pas rachetable et donc à l’instar du PERP non soumis à l’ISF.

Bloqué jusqu’à la retraite, les avoirs peuvent être récupérés par le salarié à quelques rares exceptions :

  • Décès (salarié, son époux ou partenaire de Pacs)
  • Invalidité (salarié, son époux ou partenaire de Pacs, ses enfants)
  • Surendettement du salarié
  • Acquisition de la résidence principale
  • Remise en état de la résidence principale suite à une catastrophe naturelle
  • Expiration des droits du salarié à l'assurance chômage

Au départ à la retraite, le capital est récupéré sous forme de capital ou de rentes viagères. Celles-ci sont des rentes à titre onéreux d’un point de vue fiscal. Elles seront donc fiscalisées en fonction de l’âge d’entrée en jouissance de la première rente.

Vous l’aurez compris, PERP et PERCO vont de paire. L’un est à l’initiative directement du particulier tandis que l’autre est proposée par les entreprises. Dans tous les cas, il s’agit d’une préparation de retraite intéressante qui permet la perception d’une rente contrant la baisse des revenus liée à la cessation de l’activité professionnelle. On ne peut donc qu’encourager les épargnants à coupler ces deux dispositifs afin de dégager des rentes suffisantes pour conserver le niveau de revenus malgré le départ à la retraite.

je calcule mes impôts

`

Contact
Calculer
mes impôts
Je veux
défiscaliser !